Le théâtre Luís de Camões remporte le Prix de réhabilitation urbaine

13 de mai, 2019

Publication dans la revue Visão.

« Il a été la scène de spectacles d’opéra sous le règne du roi João V, a ensuite été utilisé comme grenier, a retrouvé sa dignité en 1880 en tant que Théâtre Luís de Camões (réouverture à l’occasion du 300e anniversaire de la naissance du poète) et a abrité pendant des années un collectif culturel jusqu’à sa fermeture pour des raisons de sécurité en raison de son état de dégradation. L’année dernière, après de minutieux travaux de restauration signés par le prestigieux duo Manuel Graça Dias (récemment décédé) et Egas José Vieira, le théâtre – désormais connu sous le nom de LUCA (Lugar para as Crianças e Jovens e para as Artes) pour être orienté vers les spectacles pour la jeunesse — a rouvert ses portes, rénové, pour illuminer la Calçada da Ajuda avec son style néoclassique dans un registre de « théâtre à l’italienne ».

L’équipement a maintenant vu son travail de réhabilitation minutieux reconnu en remportant le Prix national de réhabilitation urbaine 2019 dans les catégories « Ville de Lisbonne » et « Impact social ».

Le prix, co-organisé par Vida Imobiliária et Promevi, a également accueilli huit autres catégories (voir la liste complète ci-dessous) dans les domaines du résidentiel, des bureaux et de la restauration, entre autres.

Les 10 lauréats ont été choisis parmi 80 projets représentant une surface d’intervention totale de 213 000 m2, répartis dans 20 municipalités du nord au sud du pays.

Lisbonne accueille les meilleurs projets dans les domaines de l’impact social, du résidentiel, de la restauration, de la réhabilitation structurelle et de l’efficacité énergétique. Porto a remporté les prix du tourisme et de l’intervention pour les projets de moins de 1 000 m2, tandis que Coimbra a été distinguée par le meilleur projet de services et de commerce. En plus de ces catégories, le meilleur projet dans le contexte de Lisbonne et le meilleur dans le contexte de Porto ont également été distingués. »

PARTAGER CETTE NOUVELLE

revenir